“L’État profond américain déteste les Serbes. Il nous voit comme un îlot de résistance à leur projet de nouvel ordre mondial”, interview avec Nikola Mirkovic

29. decembra, 2021 Napišite komentar

Nikola Mirković, grand humanitaire et co-fondateur de l’organisation “Solidarité Kosovo”, dirigée par Arnaud Gouillon, a déjà, à plusieurs reprises, donné des interviews pour notre site. Cette fois Mr.Mirković a été contacté par notre rédaction “Tous les Serbes à Paris” suite à son  nouveau livre. Au début de l’interview, il a parlé de son livre et le statut des États-Unis dans le monde, son influence sur l’Europe, mais aussi sur la Serbie et ce qui fait peur à ce puissant pays.

1. Quelle thèse développez-vous dans votre dernier ouvrage?
Les États-Unis ont été conçus dès le départ comme un empire et se sont toujours comportés comme tels, c’est-à-dire avec la prétention de diriger le monde. Le premier président américain, George Washington, parle des États-Unis comme d’un « empire naissant ». Une fois la conquête réalisée sur les Indiens, les Mexicains, les Français et les Espagnols entre l’Atlantique et le Pacifique, les Américains ont cherché à étendre leur contrôle sur le monde à travers le commerce, certes mais aussi une succession de guerres et de manœuvres d’ingérence dans les affaires de nations souveraines. Les États-Unis ont justifié ces politiques bellicistes au nom de la défense de la liberté et des droits de l’homme. En réalité il s’agissait souvent de prétextes pour bâtir un formidable réseau de bases militaires et d’hommes liges dans de nombreux pays afin de servir leurs intérêts. Avec le temps ces intérêts ont été progressivement confisqués par une élite d’affaires plus préoccupée par la défense de ses prébendes et l’édification d’un monde nouveau que par la défense des intérêts des Américains. Aujourd’hui cette élite poursuit au nom des États-Unis cette stratégie d’ingérence sans se rendre compte que de plus en plus de personnes (dont une frange non négligeable du peuple américain lui-même) ne veulent pas de leur monde ultra-libéral, woke et unilatéral. Les méthodes employées pendant plus de deux siècles par les stratèges américains s’essoufflent et l’empire américain perd de son lustre. De grandes puissances revenues au premier plan mondial, comme la Chine ou la Russie, ne veulent plus du monde unipolaire américain. Alors que les tensions ne cessent de monter en Eurasie, la question brûlante est de savoir si Washington va pouvoir composer et dialoguer avec ces nouveaux rivaux sans avoir recours à la coercition qui est pourtant sa marque de fabrique.

2. Est-ce concevable d’être à la fois un ami des Etats-Unis et de ne plus être dupe de leur manière d’agir?
L’ancien Président de la Commission des lois de l’Assemblée Nationale française, Jean-Jacques Urvoas, a dit : « Les Etats-Unis n’ont pas d’amis, ils n’ont que des vassaux ou des ennemis. » Je pense que la notion d’amitié n’a pas beaucoup de sens à Washington et on a de nombreux exemples dans l’histoire où les Etats-Unis ont littéralement trahi leurs amis. Le dernier scandale de la vente avortée de sous-marins français à l’Australie n’en est qu’une illustration de plus. Je pense qu’il est important de ne pas employer le terme d’ami car un ami ne vous espionne pas, il ne prend pas vos marchés derrière votre dos, il n’emprisonne pas vos ingénieurs pour faire du chantage (affaire Pierucci), il n’inflige pas des amendes astronomiques à vos entreprises nationales (BNP, Crédit Agricole,…) et il ne cherche pas à vous mettre sous sa botte. En revanche les Etats-Unis sont, pour l’instant encore, la première puissance mondiale et un de nos grands partenaires commerciaux. Il faut donc avoir des relations intelligentes sans pour autant se faire abuser et humilier. Il faut savoir se faire respecter et défendre ses intérêts.

3. Quelles sont leurs relations avec la Serbie?
L’État profond américain déteste les Serbes. Il nous voit comme un îlot de résistance à leur projet de nouvel ordre mondial. Nous sommes chrétiens orthodoxes et nous voulons être indépendants de toute puissance étrangère. Nous sommes une épine dans le pied américain qui veut contrôler l’Europe. Comme je le répète souvent tous les Américains ne nous détestent pas et il y a de nombreux Américains sincères qui dénoncent leur État profond et qui sont amis des Serbes mais nous ne devons jamais oublier que ceux qui contrôlent réellement les Etats-Unis sont ceux qui nous ont attaqué à l’époque de la Yougoslavie, qui nous ont bombardé en 1999 et qui ont créé l’Etat fantoche du Kosovo. Ceux-là sont toujours au pouvoir aujourd’hui. Ils nous entourent de leurs bases militaires et font tout pour que nous rentrions de force dans l’OTAN. Ceux-là ne sont pas nos amis mais nos ennemis. La Serbie ne doit pas avoir peur des US. Nous sommes aujourd’hui plus forts, plus informés qu’avant et nous avons d’excellentes relations avec nos voisins européens ainsi qu’avec la Chine et la Russie qui sont membres du Conseil de Sécurité de l’ONU. Si nous empêchons les atlantistes de gangrener le pouvoir et restons réellement indépendants nous serons en position de force.

continuez à la page suivante

Strane: 1 2 3

Podržite rad sajta!

Ukoliko želite da pomognete rad našeg sajta "Svi Srbi u Parizu" možete uplatiti vaše donacije preko paypal-a ili vaše bankarske kartice.

Ostavite odgovor

Vaša adresa e-pošte neće biti objavljena. Neophodna polja su označena *

Najnovija obaveštenja direktno na vaš mejl