La Serbie veut Volkswagen et offre plus que les autres

Quatre pays en Europe du Sud-Est ont appris que Volkswagen avait reporté sa décision de construire une usine en Turquie, à la suite de l’offensive militaire d’Ankara dans le nord-est de la Syrie.

Volkswagen a déclaré mercredi (23 octobre) à Euractiv qu’elle ne cherchait pas un nouvel emplacement : « Nous suivons les événements très attentivement. La planification de la nouvelle usine est toujours en attente — et nous n’avons actuellement aucun projet pour d’autres sites. »

Cependant, la Serbie, la Bulgarie, la Roumanie et la Croatie, ont rapidement fait l’apologie de l’investissement de 1,4 milliard d’euros prévu par VW. Pour ces quatre pays, qui se situent tous bien en deçà du PIB moyen par habitant de l’UE, l’usine boosterait l’économie et apporterait beaucoup de changements positifs.

La Bulgarie, initialement présélectionnée avec la Turquie, a réagi immédiatement en proposant de doubler son offre de subvention directe du gouvernement à VW de 130 à 260 millions d’euros, a annoncé l’ancien président, Rossen Plevneliev, maintenant président d’Automotive Cluster Bulgaria.

En Serbie, lors d’une conférence de presse conjointe avec le ministre allemand de l’Économie, Peter Altmaier, en visite lundi (21 octobre), le président Aleksandar Vučić a déclaré que la Serbie avait été la généreuse avec Volkswagen.

« Nous avons offert plus que tous ces pays. Tout ce qu’ils offrent, nous offrirons plus », a clamé Aleksandar Vučić. Selon lui, la Serbie n’est pas un membre de l’UE comme la Bulgarie ou la Roumanie et nous n’avons pas un grand marché comme la Turquie, mais Belgrade pourrait offrir de meilleures subventions.

Belgrade détient un partenariat commercial avec Fiat Chrysler Automobiles, qui produit le modèle Fiat 500L, tandis que la Roumanie accueille Renault (propriétaire de Dacia) et Ford.

De son côté, la Première ministre roumaine, Viorica Dăncilă, a indiqué que le gouvernement avait déjà contacté VW et que le ministre chargé de l’Environnement des Affaires, du Commerce et de l’Entrepreneuriat, Radu Oprea, s’était rendu en Allemagne pour présenter l’offre de la Roumanie.

La Croatie a déclaré publiquement qu’elle était en lice pour accueillir l’usine sur son territoire après la visite de Peter Altmaier à Zagreb lundi (21 octobre).

« Notre principal objectif est de regagner la confiance des investisseurs allemands et de leur assurer un climat propice à l’investissement », a déclaré Darko Horvat, ministre croate de l’Économie.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

2 × 1 =