“Le monastère d’Ostrog est plus fort que n’importe quelle bombe de l’OTAN et bombe nucléaire”

Le musicien Vlado Georgiev était l’invité de l’émission matinale “Wake up” à la télévision Nova S. Lors d’une conversation avec Nevena Madžarević, il a évoqué les récentes élections au Monténégro, mais aussi le fait qu’il était revenu de la frontière quelques jours auparavant car, comme on lui a dit il constitue une menace pour la sécurité intérieure du pays.

«J’ai commencé par des chansons d’amour dangereuses, quand tu dis quelque chose en cours de route, que tu n’aimes pas quelqu’un, alors ce sera un début. Et lorsque vous commencez à régler des comptes avec un musicien qui a sa propre attitude, il peut arriver que le musicien ferme la bouche. Et peut-être qu’il y aura quelqu’un comme moi, qui ne la fermera pas », a déclaré Georgiev au début.

Selon lui, il est resté hors de la colonne à la frontière pendant deux heures, après quoi on lui a transmit un document humiliant.

«Il dit que je suis dangereux sur le plan national et sécuritaire et que je ne suis pas autorisé à entrer au Montenegro. Sans aucune explication. J’ai été traité comme un criminel. J’ai reçu un papier type », a déclaré Georgiev, ajoutant qu’il se rendra bientôt au Monténégro.

“Milo Djukanovic ne laissera pas passer ça comme ça. On en parle beaucoup, les gens sont prévenus. Malgré cela, le DPS est un parti perdant et sortant. Ce parti dictatorial a annoncé un rassemblement à Podgorica. Puisqu’ils sont de «grands citoyens», nous nous retrouvons tous avec le «Moyen Âge» pour eux. Il est très dangereux qu’aucun d’entre eux ne dise qu’il peut désormais être infecté par le Coronavirus, si tout le Monténégro vient, comme ils l’annoncent », a déclaré Georgiev.

Au Monténégro, une bombe à retardement a été placée dans l’air jusqu’à la constitution du gouvernement, a déclaré Georgiev lors d’une conversation avec Nevena Madžarević.

«Milo se frottait et babillait hier soir. C’est un homme qui a soudainement voulu dire quelque chose », a commenté brièvement le musicien.

Lorsqu’on lui a demandé combien il lui en coûtait d’être renvoyé de la frontière, Georgiev a répondu:

«Cela m’a coûté de ne pas pouvoir voir ma mère à l’hôpital, de ne pas pouvoir aller à Herceg Novi. Cela coûte des nerfs. Je ne compte pas l’argent, si tu comptes comme ça, tu n’es jamais satisfait. “

En fin de compte, il a dit que le Monténégro devrait avoir la possibilité de faire face à une réalité différente.

«Nous regardons constamment le même Monténégro. Maintenant, nous allons voir comment ça se passe. J’ai des camarades, croates et musulmans. Je ne veux pas tomber sous l’influence de Milo. Je dirai simplement ceci : Le monastère d’Ostrog est plus fort que n’importe quelle bombe de l’OTAN et bombe nucléaire ».

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

1 × cinq =