Les trois responsables du Front démocratique (FD), Andrija Mandic, Milan Knezevic et Milun Zogovic sont soupçonnés d’avoir «agressé un officiel dans l’exercice de ses fonctions et d’avoir empêcher un policier d’exercer ses fonctions».

Vingt-deux personnes en tout, 17 députés d’opposition et cinq autres personnes, ont été interpellées en lien avec ces incidents, a annoncé la police vendredi. Depuis, 19 ont été remises en liberté après interrogatoires.

L’Église orthodoxe serbe (SPC), principale institution religieuse du Monténégro, a dénoncé cette loi sur «la liberté religieuse» qu’elle a qualifié de «discriminatoire et non-constitutionnelle».

continuez à la page suivante

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

un × 5 =