TOUS LES SERBES À PARIS - SVI SRBI U PARIZU

Le Jeûne de la Fête de la Nativité chez les Serbes

Jeûne ascétique

Le jeûne ascétique suit un certain nombre de règles monastiques. Ces règles ne sont pas les « fardeaux impossibles à porter » des Pharisées (Luc 11,46), mais un idéal pour lequel il vaut bien travailler. Car les règles ascétiques du jeûnes ne sont pas un but en soi, mais sont des moyens de purification spirituelle. Le jeûne est à pratiquer dans et pour l’amour de Dieu et il doit être aidé par une intensification de la prière. Les règles matérielles du jeûne ascétique consistent en l’abstention de certaines catégories de nourritures, ainsi qu’une réduction dans la quantité de nourriture quotidienne.

Jeûne liturgique ou eucharistique

Le jeûne eucharistique ne renvoie pas à la pratique du jeûne qui est de coutume avant la Communion, mais à l’abstention de la célébration de l’Eucharistie durant les jours de la semaine (du lundi au vendredi) du Grand Carême, qui sont aussi des jours de jeûne ascétique.

Jeûne intégral

Le jeûne intégral ou total signifie l’abstention de toute nourriture ou boisson pour une brève période – un jour ou une partie d’une journée – afin de nous aider à nous fixer l’attention spirituelle sur un évènement présent ou à venir. Tel est le cas du jeûne du Vendredi Saint, ou à la veille de Noël, de Pâques ou avant de recevoir la Sainte Communion. C’est la forme de préparation par excellence avant une grande fête ou un évènement spirituel décisif.

Le temps du jeûne

Périodes de jeûne

Dans le calendrier orthodoxe, il y a quatre grandes périodes de jeûne :

  1. Le Grand Carême est une période de six semaines précédant la Semaine Sainte, période de préparation pour la grande fête de la Résurrection du Seigneur. Cette période est immédiatement précédée par une une autre semaine de jeûne, plus léger (d’abstention de la viande seulement) qui commence le lundi après le Dimanche du Jugement Dernier et qui dure jusqu’au Dimanche du Pardon ; après le Grand Carême suit une autre période de jeûne, plus sévère, celle de la Semaine Sainte.
  2. Le Jeûne de la Fête de la Nativité (ou l’Avent ; il est connu aussi comme le jeûne de St. Philippe, puisqu’il commence immédiatement après sa fête (14 novembre) ; il dure quarante jours, du 15 novembre au 24 décembre, en anticipant le Noël, la grande fête de la Nativité de notre Sauveur.
  3. Le Jeûne des Saints Apôtres dommence le lundi après la Toussaint (fête mobile dans le calendrier orthodoxe) et dure jusqu’à la fête des Sts. Apôtres Pierre et Paul, le 29 juin.
  4. Le Jeûne de la Dormition de la Vierge comprend les deux premières semaines d’août ; il anticipe la fête de la Dormition de la Mère de Dieu.

Jours de jeûne

  • La veille de la Théophanie (5 janvier)
  • Le jour de la Décapitation de St. Jean Baptiste (29 août)
  • Le jour de l’Élévation de la Croix (14 septembre)
  • Tous les mercredis (sauf les semaines où l’Église lève le jeûne), en souvenir de la trahison du Christ par Judas.
  • Tous les vendredis (sauf les semaines où l’Église lève le jeûne), en souvenir de la Crucifixion et de la Passion du Christ.
  • Dans les monastères, on jeûne aussi le lundi, en l’honneur des Anges.

À part ces règles générales, l’Église locale ou universelle peut établir des jours ou périodes exceptionnelles de jeûne, si les circonstances l’imposent.

continuez à la page suivante

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

dix − cinq =