À Sarajevo, le procès pour crime de guerre dans la rue Dobrovoljačka, a commencé

27. oktobra, 2022 Napišite komentar

Le procureur du bureau du procureur de Bosnie-Herzégovine, Mladen Vukojčić, a déclaré lors du procès principal de hier contre les Bosniaques, Ejup Ganić et d’autres qu’il prouvera que l’accusé a commis un crime de guerre contre des soldats de la JNA (l’armée de Yougoslavie) dans la rue Dobrovoljačka à Sarajevo et que des civils ont également été tués dans ce convoi.  42 soldats ont été tués, 71 blessés et 207 capturés et torturés. Presque tous étaient des Serbes.

Vukojčić a souligné qu’au cours de la procédure, l’Accusation prouvera que l’accusé dans cette affaire a commis un crime de guerre contre des soldats de la JNA qui, sous l’escorte de l’Unprofor (La Force de protection des Nations unies), ont quitté la caserne “Bistrik” à Sarajevo, où un grand nombre de soldats étaient tués et blessés, et aussi que ceux qui ont été capturés et ont survécu à de grandes tortures.

Il a noté que des civils avaient également été tués dans cette colonne et que le convoi n’était pas une cible militaire légitime. La défense de l’accusé prétend que la preuve annulera l’acte d’accusation confirmé.

Outre Ganić, l’acte d’accusation déposé le 27 avril accuse Zaim Backović, Hamid Bakhta, Hasan Efendić, Fikret Muslimović, Jusuf Pušina, Bakir Alispahić, Enes Bezdrob, Ismet Dahić et Mahir Žiška d’avoir attaqué un convoi mixte non défendu le 3 mai 1992 à Sarajevo .. soldats et civils employés dans l’ancienne JNA, qui était sous l’escorte des forces de maintien de la paix de l’ONU.

Ils sont accusés d’avoir planifié, fomenté et perpétré cette attaque dans le cadre de leurs fonctions et attributions au sein des structures militaires, policières et civiles, avec leurs subordonnés.

L’acte d’accusation les accuse également de ne pas avoir empêché que des soldats et des civils soient tués et blessés, de ne pas avoir puni les auteurs de meurtres et de blessures, d’avoir torturé et traité de manière inhumaine des soldats capturés, de ne pas avoir empêché et puni les auteurs, et d’avoir aidé les auteurs après que le crime a été commis.

source: Politika

Podržite rad sajta!

Ukoliko želite da pomognete rad našeg sajta "Svi Srbi u Parizu" možete uplatiti vaše donacije preko paypal-a ili vaše bankarske kartice.

Ostavite odgovor

Vaša adresa e-pošte neće biti objavljena. Neophodna polja su označena *

Najnovija obaveštenja direktno na vaš mejl