Entretien avec Nikola Mirkovic sur la situation au Kosovo et Métochie

Vous avez publié une bande dessinée sur le Kosovo. Pourquoi?

J’aime beaucoup la BD mais je n’en avais encore jamais réalisé. J’avais déjà écrit un livre sur le Kosovo mais je cherchais un nouveau support pour parler de ce sujet qui me tient à cœur et je m’étais dit que la BD serait intéressante. C’est un moyen de toucher de nouvelles cibles de personnes qui ne connaissent pas l’histoire de la région. Afin de réaliser cette BD, j’ai quand même eu la chance de m’entourer de deux grands noms de la BD que sont Simona Mogavino et Giuseppe Quattrocchi. j’ai beaucoup appris avec eux, ce sont de grands professionnels.

La paix n’est-elle pas revenue dans la région?

Ce n’est pas parce qu’il n’y a plus la guerre que la paix est revenue pour autant. Depuis les bombardements de l’Otan en 1999, plus de 250 000 Serbes ont dû fuir la région et 1 000 Serbes ont été assassinés. Même le rapport sur la situation des droits de l’homme au Kosovo émis par le Secrétariat d’Etat américain en 2019 mentionne un incident tous les deux jours contre les Serbes et l’église orthodoxe serbe au Kosovo.

continuez à la page suivante

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

un × quatre =