Qui se soucie du sort des Serbes du Kosovo et des chrétiens des Balkans?

Déjà, en 2004, la police des Nations Unies, présente sur place, déplorait que la plupart des violences sont dirigées contre la minorité ethnique serbe-chrétienne au Kosovo. Écoles incendiées, enlèvements, intimidations et meurtres contre les Serbes et les Roms (depuis l’été 1999, la campagne de violence avait alors contraint à l’exil 200 000 Serbes et des milliers de Roms de la province (cf rapport de Human Rights Watch d’août 1999, «Abus contre les Serbes et les Roms dans le Nouveau Kosovo»). Sans parler des 135 églises orthodoxes détruites et du pogrom antiserbe de mars 2004, lorsque 19 personnes furent été tuées et 34 églises orthodoxes serbes détruites sous le regard impassible de l’ONU et des soldats de l’OTAN sur place. Ainsi que l’a récemment confirmé un rapport officiel du Secrétariat d’Etat américain, peu soupçonnable d’amitiés philo-serbes, une attaque antiserbe a lieu tous les 2 jours au Kosovo. D’après Nicolas Mirkovic, président de l’association Ouest-Est, et auteur de l’essai Le Martyre du Kosovo… “Les Serbes du Kosovo continuent de vivre dans un climat de peur et d’insécurité totale. Il persiste une pression quotidienne contre les Serbes qui savent qu’il ne faudrait pas grand-chose pour qu’un nouveau pogrom soit organisé contre eux comme en 2004, (…). La montée du nationalisme albanais et la radicalisation de la communauté musulmane laissent craindre le pire pour les Serbes et autres minorités du Kosovo (…). Comme sous l’empire ottoman, les Serbes du Kosovo sont des citoyens de seconde zone. Officiellement ils sont protégés par la constitution, mais dans les faits il n’y a pas de justice pour eux.” Parallèlement, afin d’imposer par la terreur une omertà sur les projets de purification ethnique des nationalistes kosovars, un important témoin albanophone, Nazim Rrustemi, qui s’apprêtait à révéler des détails accablants contre l’UCK au Tribunal international de la Haye relatif aux crimes contre les chrétiens serbes, officiellement “protégé”, a été abattu par les ultra-nationalistes kosovars… Comment de nombreux leaders européens peuvent-ils encore oser prôner l’intégration dans l’Union européenne de cet Etat qui persécute ses minorités chrétiennes et avance un programme de conquête de plusieurs pays voisins au nom du projet irrédentiste de “Grande Albanie”?

continuez à la page suivante

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

quatre × 4 =