Qui se soucie du sort des Serbes du Kosovo et des chrétiens des Balkans?

Alexandre del Valle : Depuis l’intervention occidentale aux côtés des séparatistes albanophones de l’UCK (hiver 1998-1999), les Serbes chrétiens-orthodoxes du Kosovo et en général les minorités (tziganes, slaves, etc) sont systématiquement persécutés dans le cadre d’un plan de purification ethno-religieuse dont les nations occidentales et l’ONU taisent le nom. Il est vrai que, comme l’antiracisme, qui fonctionne à sens unique, les Occidentaux – qui n’ont cessé d’accuser dans les années 1998-99 la Serbie et l’ex-Yougoslavie de Milosevic d’avoir commis des “génocides” en Bosnie et au Kosovo – ne peuvent difficilement admettre que des méchants serbes puissent “eux aussi” des victimes. Quand bien même le Tribunal pénal international de La Haye pour l’ex-Yougoslavie n’a pas pu prouver les accusations de plans génocidaires imputés à Slobodan Milosevic et en dépit du fait que 400 000 Serbes ont réellement été victimes de nettoyages ethniques et exils forcés (Krajina, Kosovo)… Inversement, les ultra-nationalistes musulmans-kosovars issus de l’UCK prônent ouvertement un projet de suppression de tout ce qui n’est pas albanophone, à commencer par les Serbes chrétiens-orthodoxes. En 2018, plusieurs événements ont amené le Kosovo au bord de la guerre civile. En mars 2018, le Directeur du bureau du Kosovo-Métochie, Marko Djurić, en visite officielle auprès des maires des communes serbes du Kosovo-Nord, fut kidnappé à Mitrovica puis molesté dans les rues de Priština par la police du Kosovo. En décembreles autorités auto-proclamées de Priština ont déclaré un blocus commercial aux frontières avec la Serbie, provoquant des manques alimentaires importants dans la partie majoritairement serbe du Kosovo-Nord. Contrairement aux règles de l’OMC de liberté commerciale et à toutes les règles du droit international, les produits en provenance et/ou à destination de la Serbie ont été taxé à 100 %, provoquant ainsi un arrêt brutal des échanges et en cascade de nombreuses fermetures d’entreprises. En avril 2019, la police spéciale de l’Etat auto-proclamé du Kosovo a, sous prétexte de stopper une filière de trafiquants, mené une opération d’envergure à Mitrovica-Nord, Zvečan et Leposavić, trois communes serbes au nord du Kosovo. 16 policiers serbes ont été arrêtés et 2 membres russes de l’ONU. La police spéciale du Kosovo (ROSE) a terrorisé la population serbe en tirant sur des passants.

continuez à la page suivante

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

4 × cinq =