SCANDALE. La police au Kosovo interdit à une femme serbe de remplacer une porte d’entrée

30. juna, 2021 Napišite komentar

Le Bureau pour le Kosovo et Métochie a évalué comme “un scandale sans précédent et une torture directe”, que la police locale n’ait pas autorisé la seule rapatriée à Djakovica, Dragica Gasic, à installer une porte blindée à l’entrée de l’appartement aujourd’hui.

Le directeur de ce bureau, Petar Petković, a déclaré que la police locale n’avait d’abord pas autorisé « le remplacement de la porte d’entrée délabrée et abimée de l’appartement de Dragica », mais la police lui a demandé l’autorisation de la municipalité pour l’installation. Petkovic a déclaré dans un communiqué que les inspecteurs locaux, après que Mme Gasic ait rempli une demande dans la municipalité, sont venus saisir la nouvelle porte.

“Maintenant, ils demandent des preuves d’une sorte d’attestation à soumettre à la municipalité avant l’installation de la porte, ainsi que des preuves des producteurs sur les taxes payées, ainsi que de nombreux autres documents”, a déclaré Petković, rapporte Beta. Il pense qu’il s’agit “d’un scandale sans précédent et d’une torture directe” et d’un nouveau “type de pression le plus ouvert pour chasser Dragica de sa propre maison”.

« De quel genre de retour et de coexistence pouvons-nous parler du tout, alors que Pristina ne permet même pas les conditions de vie de base à nos rapatriés et règle ses comptes avec la porte », a demandé Petković. Selon lui, le Bureau pour le Kosovo  et Métochie continuera d’insister par tous les canaux disponibles pour que les pressions et les attaques contre Dragica Gasic cessent et que sa sécurité et sa vie normale soient garanties.

Dragica a dit que quelqu’un a jetté une pierre sur sa fenêtre et a cassé ses stores. Dragica est la première personne de nationalité serbe qui vit actuellement à Djakovica dans un lieu habité par des Albanais. Ce qui est certain, c’est que les puissances européennes ne réagiront pas à quelque chose comme ça, même si tant d’horreur et de torture ont lieu au cœur de cette Europe civilisée.

Ostavite odgovor

Vaša adresa e-pošte neće biti objavljena. Neophodna polja su označena *

Najnovija obaveštenja direktno na vaš mejl