Un pilote serbe qui a héroïquement défendu la terre sainte du Kosovo et Métochie contre l’agression de l’OTAN

Un héros serbe moderne né à Strumica (Macédoine du Nord). Sur la photo, vous pouvez voir le pilote du MIG 29, le colonel Ilja Arizanov, qui a été le premier des pilotes serbes à voler vers les hauteurs du ciel serbe le 24 mars 1999 pour défendre sa patrie et le sacré Kosovo et Métochie contre l’agression de l’OTAN.

Lorsque l’alliance de l’OTAN, après l’attaque de la Republika Srpska en 1995, a commencé sa deuxième action contre les Serbes le 24 mars 1999, appelée la «force alliée», Arizanov était prêt à effectuer une mission de combat depuis l’aéroport militaire de Nis.

Son MIG-29 était censé subir une révision générale en 1996 – dans l’avion, entre autres, ils n’ont pas fait fonctionner un appareil qui avertit le pilote s’il est la cible de l’ennemi, des communications radio, etc.

Malgré tout, quelques minutes après l’entrée des avions ennemis dans notre espace aérien, Arizanov était dans les airs au-dessus de la région plus large de Pristina et a lancé une attaque sur l’avion de l’ennemi, lorsque son MIG-29 a été touché. Il a réussi à se catapulter de l’avion en feu, parachutant quelque part dans la région plus large de Drenica au Kosovo.

Arizanov a été abattu ce soir-là, avec trois de nos autres avions, à partir desquels les pilotes se sont également catapultés.

Cependant, contrairement au reste de nos pilotes, Iljo n’a pas été en mesure d’envoyer un message au commandement qu’il avait sauté, donc toute trace de lui a été perdue et chaque recherche a été rendue plus difficile. Il a également atterri sur un territoire complètement hostile, qui était au cœur du soulèvement albanais dirigé par des terroristes de la soi-disant UCK.

C’est ainsi que le major Arizanov, armé d’un seul pistolet et de quelques balles, a traversé le territoire occupé par les terroristes de l’UCK pendant trois jours. , qui ont organisé une poursuite après lui. Bien que dans un très mauvais état, en raison du saut d’un avion en feu, du manque de nourriture et de l’utilisation de la neige au lieu de l’eau, il a réussi à traverser le nid de l’ennemi jusqu’à l’aéroport de Pristina, où il a reçu de l’aide.

À la suite de la fusillade et de la percée épique de Pristina, le colonel Arizanov a eu de graves problèmes cardiaques. Il a reçu l’Ordre de la bravoure de la RF de Yougoslavie, a été promu au grade de colonel et a rapidement pris sa retraite. Il a vécu à Belgrade, où il est décédé le 4 septembre 2011 des suites d’une crise cardiaque.

Gloire au héros serbe Ilja Arizanov “qui a dit non” et qu’on se souvienne de son nom pour toujours.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

cinq + 4 =