VIDOVDAN – Un jour sacré chez les SERBES

Vidovdan est une fête religieuse inébranlable célébrée par l’Église orthodoxe serbe le 28 juin et l’une des plus grandes fêtes serbes. L’importance de Vidovdan pour le peuple serbe découle des événements historiques liés à cette date.

Il n’y a pas de date dans l’histoire de la Serbie qui apporte autant de mythologie, de leçons de vie … À Vidovdan, des choses qui nous sont arrivées dans le passé ont marqué le sort de toute la nation.

Depuis la bataille du Kosovo (en 1389), la mort du prince Lazar et l’effondrement de l’empire serbe, jusqu’à aujourd’hui, ce jour a été un tournant. Voici comment “Vidovdan” a marqué l’histoire serbe:

1. La bataille de Kosovo

La bataille du Kosovo s’est déroulée près de Pristina, entre les forces serbes et ottomanes. Les forces serbes étaient dirigées par le prince Lazar Hrebeljanović, tandis que le sultan Murat I était à la tête de l’armée turque avec ses fils Jakub et Bajazit. Dans la première phase de la bataille, les forces serbes ont réprimé l’adversaire et Milos Obilic a réussi à tuer le sultan Murat. Son fils Bajazit a alors lancé une contre-attaque dans laquelle le prince Lazar a été capturé. Il a été exécuté sur ses ordres, après quoi l’armée ottomane s’est retirée du champ de bataille et a quitté la Serbie.

Les premières sources historiques sur la bataille elle-même parlent de la victoire serbe, et ce n’est que plus tard que des allégations d’un résultat non résolu et d’une défaite serbe apparaissent (au milieu du XVe siècle). Par conséquent, il est considéré que la bataille elle-même s’est probablement terminée par une victoire serbe ou peut-être un match nul, mais en termes de conséquences profondes, elle représente une victoire ottomane. Sous la pression des attaques hongroises et de leurs contacts avec Vuk Branković, les successeurs de Lazar ont fait la paix avec Bajazit au premier semestre de 1390 et ont reconnu son autorité suprême. Avec l’aide de ses troupes, ils ont réussi à réprimer les Hongrois et à regagner les terres perdues dans l’ouest de la Serbie. La bataille du Kosovo a eu un grand écho dans l’Europe de l’époque et a réussi à arrêter temporairement la propagation ottomane en Europe. Au cours des siècles suivants, elle est devenue le motif central de la poésie épique populaire serbe et de l’identité nationale serbe.

 

2. Convention secrète entre la Serbie et l’Autriche-Hongrie en 1881

La Convention secrète est un document signé entre la Principauté de Serbie et la monarchie austro-hongroise. Les dispositions de cet accord stipulent que la Serbie ne pourra conclure aucun accord avec d’autres pays sans l’approbation préalable de l’Autriche-Hongrie, et qu’elle devra maintenir une politique amicale envers la monarchie. Immédiatement avant la signature de la Convention, un accord commercial a été conclu, par lequel la Serbie ne pouvait exporter ses marchandises qu’en Autriche-Hongrie, subordonnant ainsi son économie à la volonté de la monarchie. La signature de ces deux documents a été convenue avant le congrès de Berlin – le diplomate serbe Jovan Ristic a promis de signer ces deux accords, de construire un chemin de fer serbe pour la monarchie, ainsi que d’abandonner le Sandzak de Novi Pazar en échange de la représentation des intérêts serbes au congrès de Berlin.

Le Roi Milan Obrenovic

La convention secrète a été signée par le ministre serbe des Affaires étrangères de l’époque, Milutin Garašanin, et le ministre des Finances, Cedomilj Mijatović, mettant ainsi la Serbie dans une position de dépendance vis-à-vis de la monarchie, en échange d’une indépendance internationalement reconnue. En 1882, en tant que “récompense” pour la signature de la Convention secrète, Milan Obrenović a été couronné roi et la Monarchie a veillé à ce que toutes les forces acceptent la Serbie comme royaume.

continuez à la page suivante

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

un × 2 =