Selaković note qu’ils travaillent actuellement dur pour élaborer un plan visant à rendre la diaspora plus visible en dehors des frontières de la Serbie et dans le pays même.

Nikola Selakovic

“Chaque homme de la diaspora est un lobbyiste potentiel pour les intérêts de notre pays et de notre peuple, et nous devons trouver la bonne façon d’utiliser cela”, a-t-il déclaré.

On peut faire beaucoup à cet égard, Selakovic illustre avec le fait qu’en Suisse, dans 24 villes seulement, il existe des sociétés culturelles et artistiques serbes, soit plus de 3 000 jeunes qui se rassemblent pour préserver notre tradition, notre culture, notre langue et notre histoire serbes.

continuez à la page suivante

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

seize − un =