Peter Handke souligne en outre qu’il s’agissait pour lui «de justice pour la Serbie». Le conflit en ex-Yougoslavie a été «une guerre fratricide et il n’existe pas de guerre plus terrible que la guerre fratricide».

«Combien de Serbes ont vécu en Croatie, en Krajina [entité serbe autoproclamée de Croatie pendant la guerre d’indépendance de Croatie]? Et tout à coup ils devaient être un peuple inférieur dans leur propre pays?» s’interroge-t-il.

L’attribution du prix Nobel de littérature a déclenché une vague d’indignation, notamment dans les Balkans où les plaies de la guerre restent vives.

Chantre de la Grande Serbie, Milosevic est mort en détention alors qu’il attendait son jugement pour génocide, crimes de guerre et contre l’humanité.

Il devait notamment répondre de sa responsabilité dans le siège imposé par les forces serbes à Sarajevo (1992-95, 11 000 morts) et le massacre de 8000 hommes et adolescents bosniaques à Srebrenica en juillet 1995, la pire tuerie sur le sol européen depuis la Seconde Guerre mondiale.

La remise des prix Nobel aura lieu le 10 décembre, jour de l’anniversaire de la mort d’Alfred Nobel.

continuez à la page suivante

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

2 + 19 =