Là où il y a un Serbe, il y a de la SLAVA (la fête du saint patron)

La célébration de la fête du saint patron est restée la tradition ininterrompue la plus importante parmi les Serbes depuis l’époque du baptême du 7ème au 9ème siècle jusqu’à aujourd’hui. Beaucoup de choses ont changé dans la vie et les coutumes des gens, mais SLAVA a été préservée comme le plus grand sanctuaire de notre peuple serbe.

Le Serbe a célébré et célèbre encore la SLAVA dans les jours les plus glorieux de son histoire, mais aussi pendant l’esclavage le plus difficile sous les Turcs. Le Serbe célèbre la SLAVA à la fois dans le temps et dans la tempête – dans la guerre et l’exil, dans les cachots et à l’hôpital, dans le chagrin et la joie, dans la misère et la pauvreté ainsi que dans la richesse et l’abondance. Il est toujours important d’avoir un gâteau de fête, du blé, du vin et une bougie (qui est allumée pour les ancêtres décédés, pas pour les saints «vivants» ou physiquement décédés) et c’est tout ce qui est nécessaire pour marquer cette fête.

Au milieu des batailles les plus féroces dans la tranchée, nos soldats serbes ont cassé le pain militaire rassis (tajin), ont chanté le trop-arion slave, ont brûlé un morceau de bougie qu’ils ont pris des maisons ou des églises, ont prié Dieu pour l’aide et des jours plus heureux. Même à l’époque du pire communisme, lorsque ceux qui allaient à l’Église étaient persécutés, la SLAVA était toujours célébrée en secret, les stores baissés et les célébrants célébrant secrètement la SLAVA.

continuez à la page suivante

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

18 + 18 =