“La Slava” chez les Serbes

L’eau bénite lors de la célébration de la fête

Dans certaines de nos régions, avant la fête, le prêtre vient à la maison bénir l’eau. Pour ce rite, la maîtresse de maison prépare : un récipient (rond d’habitude) plein d’eau fraîche, une branche de basilic, l’encensoir, le charbon et l’encens, ainsi que la liste des noms des membres de la famille. Avec l’eau bénite on asperge les membres de la famille, les pièces de l’appartement, et avec ce qui en reste, la maîtresse prépare le pain de fête. S’il n’y a plus d’eau bénite, le pain se prépare avec l’eau qui a été bénie lors de la fête de l’Epiphanie.

Les symboles sans lesquels la fête patronale ne peut pas avoir lieu

Le cierge de fête – est fait de cire. Le cierge symbolise la lumière du Royaume de Dieu. A toute l’assistance, par sa lumière, il rappelle la lumière du Paradis dans laquelle vivent les Saints. Tous les chrétiens devraient aspirer à cette lumière, et montrer cette lumière par leurs œuvres, selon ce que le Seigneur avait dit à ses disciples : « Que votre lumière luise ainsi devant les hommes, afin qu’ils voient vos bonnes œuvres, et qu’ils glorifient votre Père qui est dans les cieux. » (Mat.5,16). La célébration de la fête patronale commence lorsqu’on allume le cierge. Après son retour de l’église, où il est allé pour faire bénir les grains de blé cuits et le pain de fête (pain d’offrande), le maître de maison allume le cierge, s’en occupe avec respect, suit sa façon de brûler. Quand la fête est finie, on éteint le cierge, on le range, pour l’allumer plus tard au cours de l’année, surtout la veille de grandes fêtes, avant la prière.

Les grains de blé – Ce sont les grains de blé cuits la veille de la fête, ensuite haché, puis sucré. Certaines familles ne hachent pas le froment, les grains restent entiers, (les deux façons sont justes). Dans sa prière de bénédiction, le prêtre prie que le Seigneur bénisse tous les fruits apportés, ainsi que les personnes qui les mangeront par la suite, car ces fruits ont été présentés à la gloire de Dieu, et en hommage au Saint que l’on fête, ainsi qu’en souvenir de ceux qui sont morts dans la foi (les ancêtres qui nous ont transmis la fête patronale). Il faut préparer les grains de blé pour chaque fête (pour celle de Saint Elie, et de Saint Archange Michel), car ils ne se préparent pas pour le repos de l’âme du Saint dont c’est la fête, mais à la gloire de Dieu et en hommage au Saint, ainsi que pour le repos de l’âme de nos ancêtres qui nous ont transmis cette fête.

continuez à la page suivante

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

quinze − 2 =