TOUS LES SERBES À PARIS - SVI SRBI U PARIZU

“La Slava” chez les Serbes

La fête patronale

Krsna slava

Cette fête patronale ou « Nom de baptême », dans la famille chrétienne orthodoxe, est un moment de prière, c’est la fête de la « Petite Eglise ». Ce jour-là on célèbre un des Saints, qui est devant Dieu notre protecteur et qui prie pour notre maison et notre famille. Quant à l’instauration de la célébration de la fête patronale, les avis divergent. Selon les uns, l’origine de la fête est en rapport avec sa deuxième appellation « Nom de baptême », démontrant ainsi que la fête patronale commémore le jour de baptême des chefs de tribu et de leurs familles. Ceux-ci ayant choisi pour protecteur le Saint dont la fête tombait le jour de leur baptême. Le grand nombre de fêtes patronales différentes témoigne que le jour de baptême était choisi pour coïncider avec le jour de fête du Saint particulièrement vénéré par la famille.

Selon les autres, la fête patronale chez les Serbes a remplacé, lors du baptême, le culte païen du foyer.

Les missionnaires ont rencontré parmi les tribus serbes le culte du foyer. Celui-ci était vénéré par la population et les missionnaires avaient compris qu’ils auraient de la peine à le déraciner. Alors, les missionnaires ont proposé aux nouveaux baptisés de choisir et de fêter un Saint chrétien, au lieu d’adorer toutes sortes de forces et de divinités païennes. Sans prendre en considération l’exactitude de l’une ou de l’autre théorie, on peut constater que de tous les orthodoxes, seuls les Serbes célèbrent cette fête. Cette fête patronale est devenue, dans le peuple serbe, une forme particulière de spiritualité et de prière. A travers la vénération du Saint que Dieu avait glorifié, les familles serbes s’adressent, par la prière et par les symboles de circonstance, à leurs saint Protecteur le jour de sa fête, en lui demandant d’intercéder en leur faveur auprès du Seigneur. C’est le sens de la fête patronale.

Afin que le sens de la Fête patronale soit compris correctement et transmis en tant que l’héritage familial, le saint Synode des archevêques de l’Eglise serbe, a établi le règlement concernant cette fête.

« Etant donné que le « Nom de baptême » est la fête de la « petite Eglise », c’est-à-dire de la famille, même la plus petite famille est tenue d’observer cette fête.Lorsque le fils quitte la maison familiale, et surtout lorsqu’il fonde son propre foyer, il est tenu de célébrer la fête patronale même si le père la célèbre aussi chez lui. Lorsque les fils veulent fonder la famille, ou célébrer indépendamment la fête patronale, ils sont tenus d’en informer le père en signe de respect envers lui. Au cas où le père refuserait, ou ne voudrait pas « remettre » la fête, les fils sont tenus d’en aviser le prêtre de leur église pour recevoir de lui le conseil et la bénédiction. »

L’icône du saint patron – Dans chaque maison serbe, sur la place d’honneur dans la pièce principale (si c’est possible à l’est), devrait se trouvait l’icône du Saint Patron. Devant l’icône est suspendue une petite veilleuse à l’huile ; c’est l’endroit où se réunit toute la famille pour prier.

continuez à la page suivante

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

1 × quatre =