Les dents du singe

Radovic m’a récemment invité à collaborer à son rapport sur un nouveau fossile de dent. Comparée à celle d’un rhinocéros ou d’une baleine, cette dent semblait petite et fort modeste, mais c’est cela qu’elle avait de remarquable: c’était une dent de singe!

Cette dent provient d’un site paléolithique d’une grand richesse situé dans le village de Ridjake, à l’ouest de la Serbie. C’est peu de temps après que des chercheurs du Musée d’histoire naturelle de Belgrade ont découvert une deuxième dent dont l’état de conservation était meilleur et provenait de la même espèce de singe. Nous avons analysé ces dents et les résultats de nos recherches ont été publiés dans le Journal of Human Evolution.

Ces dents proviennent d’unparadolichopithecus, un singe de type babouin qui a vécu durant l’ère pliocène, entre 2,6 millions et 5,3 millions d’années environ avant notre ère. Il s’agit du premier fossile de singe trouvé en Serbie, mais les singes étaient fort présents en Europe durant cette époque. On avait déjà découvert des restes de paradolichopithecus en Espagne, en France, en Grèce ainsi qu’en Roumanie, et jusqu’en Chine. L’étude de ces fossiles nous aide à comprendre le rôle des climats anciens sur l’évolution des primates.

Au paradis des primates

À bien des égards, l’ère pliocène a été un paradis pour les primates. La température du globe était de deux à quatre degrés centigrades plus chaude qu’aujourd’hui, et le niveau des mers bien plus élevé. On ne trouvait pas de calotte glaciaire au pôle nord, et les forêts boréales s’étendaient jusqu’à l’Arctique.

Les singes européens vivaient dans des forêts humides de type sous-tropicales. Ces températures résultaient en partie de taux plus élevés de gaz carbonique – plus de 400 particules par million, chiffre atteint à nouveau pour la première fois en trois millions d’années. De fait, des chercheurs étudient l’ère pliocène  afin d’essayer de comprendre à quoi notre climat pourrait ressembler si nous échouons à ralentir la progression du réchauffement climatique.

Mais en ce qui concerne les singes de l’ère pliocène, c’est un changement climatique différent qui se préparait. Le continent sud-américain, qui dérivait vers le nord depuis des millions d’années, est finalement entré en collision avec le plateau tectonique des Caraïbes, ce qui a provoqué une réaction en chaîne changeant de manière permanente le climat sur notre planète. Une fois soudées les Amériques du Nord et du Sud, le courant entre les océans atlantique et pacifique a été interrompu, ce qui a modifié le sens des courants sur la planète entière.

Le tout nouveau Gulf Stream a alors dirigé ses eaux chaudes directement vers l’Europe du nord, et en s’évaporant est retombé sous forme de pluie et de neige, en diluant suffisamment les eaux salées de l’océan arctique pour leur permettre de geler. C’est ainsi que la calotte glacière a commencé à se former il y a trois millions d’années, précipitant le climat vers une ère glaciaire.

continuez à la page suivante

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

deux × quatre =