Un refuge balkanique

La région des Balkans est essentielle à la compréhension de la réaction des humains et autres mammifères aux changements climatiques durant la période pléistocène, car ils ont servi de refuge durant les périodes glaciaires. Alors que les banquises s’étendaient sur la partie nordique de l’Europe, les populations se sont réfugiées dans les vallées et les plaines alluviales du centre des Balkans, où ils se sont trouvés obligés de s’adapter à de nouveaux environnements sous peine d’extinction.

 

 
Le village de Ridjakke, en Serbie occidentale, où ont été découvertes deux dents de singe. Predrag RadovićAuthor provided

En fin de compte, l’Homo a succombé face à l’ère pliocène. Quand s’est achevé le dernier cycle de glaciation, et qu’a débuté l’ère holocène, toutes les espèces humaines ont disparu, sauf une.

Il serait tentant de penser que nous sommes des êtres d’exception, ce qui nous aurait permis de survivre alors que d’autres périclitaient, mais il s’agit probablement d’un simple coup de chance. L’histoire des primates de l’ère plio-pléistocène sert de rappel de l’importance des changements climatiques sur l’évolution des hommes et des primates, et de la fragilité de notre relation au climat.

PBS: Quand la planète se réchauffait.

Les humains sont les animaux de l’ère glaciaire. La calotte arctique n’a jamais fondu depuis ses origines il y a trois millions d’années. Mais si les changements climatiques provoqués par l’humain se poursuivent, nous serons catapultés dans un monde inconnu de nos gènes. L’étude de nos cousins de l’ère pliocénique peut nous offrir un aperçu de ce à quoi notre univers pourrait ressembler.

source : theconversation.com/

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

20 + quatorze =